• 8 ans d'espoirs, d'attentes, de déceptions, de pleurs.

    8 ans que nous nous battons pour tenir un jour notre enfant dans nos bras.

    Et un jour le téléphone sonne au moment où ne vous y attendez pas.

    Un jour on vous montre la photo d'un enfant, votre enfant.

    Un jour vous voyez sa petite bouille en vrai  puis vous le prenez dans vos bras.

    Un jour vous le ramenez chez vous.

    Un jour vous vous retrouvez avec un parc, un transat et des étendoirs remplis de vêtements dans votre salon.

    Un jour vous vous rendez compte que toutes les déceptions, les échecs que vous avez vécus vous ont amené vers cet enfant.

    Un jour vous savourez tous les sourires, les areuh.

    Un jour vous regardez avec tendresse votre moitié s'occuper de cet enfant.

    Un jour vous êtes Maman...


    6 commentaires
  • Il y a 4 ans le conseil général recevait notre dossier de demande d'agrément.

    Il y a 4 ans nous imaginions sereinement notre famille à 4.

    Aujourd'hui, nous sommes perdus: aboutira ? aboutira pas ?

    Nous avançons dans l'inconnu...

    La seule chose que nous savons c'est que nous sommes prêts matériellement et psychologiquement.

    Il est temps de mettre ce blog en pause...

    Le prochain article sera THE article.

    Dans trois mois ? six mois ? un an ? jamais ?

    Seul l'avenir y répondra.

    Merci à tous et à toutes pour votre soutien, vos pensées...

    Et je vous dis peut-être à un jour !

     


    5 commentaires
  • ... nous devons renaître de nos cendres.

    Lâcher prise...

    Ne plus se donner de date et accepter que les dossiers qui sont après nous soient apparentés avant nous.

    Ne plus se plaindre, ne plus se justifier, ne plus protéger.

    Accepter qu'on ne sera peut-être pas parents l'année prochaine mais continuer à croire qu'on sera parents un jour.

    Ne plus envier le bonheur des autres mais le partager.

    Mettre "the" projet de côté ( sans l'oublier) et se forcer de s'investir dans d'autres.

    Oui tout ça il va falloir qu'on le fasse sinon on y  laissera plus que des plumes...

     


    5 commentaires
  • Entendre dire que votre enfant vous attend actuellement à la poup'.

    Penser à lui à chaque moment en vous demandant ce qu'il doit être en train de faire.

    Réaliser que ça y est après plus de 7 ans d'attente vous allez bientôt tenir votre bb dans vos bras.

    Penser au premier vrai sapin que vous allez faire cette année et au premier Noël que vous allez fêter avec plaisir.

    Peindre le lit et la commode en imaginant que dans quelques jours/semaines votre bébé y sera et en vous prenant en photos pour le mettre dans son album.

    S'entrainer à ouvrir et fermer la poussette.

    Courir les magasins pour les derniers achats.

    Vous retenir d'annoncer la bonne nouvelle aux amis car vous attendez de savoir si ça va être un garçon ou une fille.

    Réfléchir à la phrase code que vous enverrez pour enfin l'annoncer.

    Sortir le doudou que vous avez acheté il y a des années, le laver et le mettre contre vous pour qu'il s’imprègne de votre odeur.

    Et vous entendre dire que tous ces merveilleux instants que vous avez vécu en 7 jours doivent être "effacés, oubliés, remis à plus tard"

    Mettre dans le lit la poussette, le cosy et tout recouvrir de draps pour que la poussière ne s'y accumule pas.

    Remettre le doudou dans sa boite et la mettre tout en haut dans le placard.

    Vous dire que Noël va être encore bien pourri cette année.

    Réaliser que vous avez bien fait de ne pas prévenir la famille et les amis.

    Vous regarder dans la glace et vous dire " non tu ne seras pas bientôt maman"

    A ce stade ce n'est plus de la tristesse...


    3 commentaires
  •  

     

     

    Lire la suite...


    8 commentaires
  •  

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Telle est notre question.

    Les apparentements avancent bien mais pas un seul petit chocolat à l'horizon.

    Au début ça a été la douche froide car au mois de mai j'ai eu la sensation que notre petit était né. Eh ben non !

    Colère, déception, déprime ont été de retour.

    Je me suis même dit que ça n'aboutira jamais. Et là je me suis littéralement écroulée.

    Il me tarde tellement de le tenir dans mes bras, de le bisouquer, de le voir grandir et s'épanouir.

    Mais ce n'est pas encore notre heure. Il va nous falloir encore attendre et je n'en peux plus d'attendre !!!

    Patienter, s'écrouler, rebondir, voilà trois verbes qui vont être encore très présents dans les mois à venir !


    2 commentaires
  • Vendredi, le téléphone a sonné pour une copine. Toujours autant d'émotion: on est heureux pour eux, on repense aux jours où nos amis ont été appelés et on se dit que ça se rapproche pour nous !!!

    On sait qu'il y a des couples devant nous donc notre tour n'est pas pour tout de suite mais ça avance, c'est le principal !!!

    En ce moment je suis sereine. Je ne me pose plus de questions, je n'ai plus d'inquiétudes concernant mon futur rôle de maman. Je ne m'interroge plus sur comment on devra réagir le jour de la rencontre, sur  ce qu'on lui dira quand il posera des questions etc. ... Je n'ai plus envie de lire des bouquins sur l'adoption, je n'ai même plus envie d'aller à nos réunions de soutien ( on a une réunion à  l'EFA, tous les deux mois pour gérer l'attente.) Je ne suis plus inquiète sur la place de la mère de naissance ou du père de naissance ( on l'oublie souvent lui...)

    Je sais que cela reviendra le jour où le téléphone sonnera mais pour l'instant je savoure cette sérénité.

    Mon bébé je le tiendrai un jour dans mes bras, ça c'est une certitude !


    6 commentaires
  • Lorsque nous avons commencé la procédure, nous pensions nous orienter vers l'Afrique. Du coup l'autre ne m'angoissait pas trop. Lorsqu'on adopte à l'étranger, je pense qu'il est plus facile de parler de la mère de naissance à son enfant car c'est plus facile d'expliquer les raisons de son abandon.

    Lorsque vous adoptez un pupille, les choses sont très différentes. Dans l'esprit de la plupart des gens il est aujourd'hui inconcevable qu'une femme puisse accoucher sous X: pilule, pilule du lendemain, IVG. Le déni de grossesse ? Pfff n'importe quoi !!! C'est son gosse comment peut-elle l'abandonner un enfant ??? Inconcevable !!!

    Et en plus très souvent on ne sait rien sur l'autre...

    Mais qui est donc l'autre ?

    L'autre peut être une très jeune fille, une étudiante, une femme ayant eu une relation (consentie ou non) suivie d'un accident de parcours (découvert tôt ou très tard) . Elle peut être aussi une mère qui ne peut pas assumer cet enfant (eh oui il y a des femmes qui ont conscience que l'avenir de leur enfant est plus important que les allocs)

    On n'est pas à sa place, ne la jugeons pas. Si elle consent à l'adoption c'est qu'elle veut que cet enfant est un vrai projet de vie, d'avenir.

    On ne sera peut-être jamais rien sur elle mais à aucun moment on ne la dénigrera aux yeux de l'enfant, à aucun moment on inventera une explication style " c'est parce qu'elle t'aimait" ou " c'est parce qu'elle n'avait pas d'argent" et blablabla - Non, "on ne sait pas pourquoi elle t'a abandonné mais tu n'y es pour rien mon Loulou"

    Alors toi, jeune fille, étudiante, femme, mère, toi qui porte ou qui va porter mon enfant, je tenais à te remercier. Tu as pris ou tu vas prendre une décision avec laquelle il va falloir que tu vives à jamais. Mais ta décision, aussi douloureuse qu'elle a été/sera, est/sera source de joie, de bonheur, d'amour, de rires, de pleurs et nous ferons notre maximum pour que notre petit bout devienne un adulte aimant, respectueux, empathique, volontaire et courageux.


    4 commentaires
  • Il y a 7 ans, mon homme faisait sa première piqure. Il a fallu alors attendre deux ans avant que le traitement n'agisse.

    Il y a 5 ans, nous mettions enfin les pieds dans la PMA. Confiants ? Oui nous l'étions.

    Il y a 4 ans, nous envoyions notre lettre au Conseil général pour débuter les démarches pour l'adoption. Ben oui c'était pour le petit frère ou la petite soeur.

    Il y a 3 ans nous étions en route pour Paris pour la dernière FIV.

    Il y a 2 ans et 3 mois nous avions notre agrément, 6 embryons congelés, le moral à 0.

    Il y a 2 ans, il nous restait 3 embryons, on trouvait enfin l'explication aux échecs de nos 8 tentatives: un utérus babykiller.

    Il y a 1 an et 5 mois, le destin nous a mis sur une voie vers un enfant mais cette voie n'était pas la bonne.

    Il y a 5 mois, le destin nous a mis sur une autre voie et je prenais conscience que j'étais enfin prête à accueillir un bébé.

    Il y a 4 mois, le monde s'écroulait à nouveau ( oui je suis un peu mégalo)

    Il y a 1 mois, l'espoir est revenu.

    Il y a 24 h, le doute s'est de nouveau installé. Un mauvais pressentiment. J'ai cette terrible sensation que cela va prendre encore du temps, trop de temps.

    Oui je sais, on est plus prêt de la fin que du début. Mais voilà, nous sommes plus que prêts à être parents, prêts à donner toute notre tendresse, toute notre patience, tout notre amour...

     


    6 commentaires
  • Dernièrement j'ai pas mal lu pour préparer nos rendez-vous avec l'AS ou la psy. Et je suis tombée sur THE livre !!!

    The livre !!!

     

    En tant que futurs parents, il répond:

    - à certaines de nos interrogations ( comment lui parler de son histoire ?)

    - aux futures interrogations de notre petit bout ( Pourquoi ai-je été abandonné ? Pourquoi c'est moi qui est avec vous ? Pourquoi les copains disent que vous n'êtes pas mes parents?)

    - aux questions stupides ( Combien avez-vous payé ? C'est le vôtre ? Où est sa vraie mère ?)

    Un livre à faire lire à la famille, aux amis qui pourront mieux comprendre votre enfant, votre parcours, vos interrogations.

    Un livre à faire lire à votre enfant car il peut trouver des réponses aux questions qu'il n'ose peut-être pas vous poser.


    5 commentaires
  • Voilà bien longtemps que je n'avais pas écrit.

    Besoin de prendre du recul, de me retrouver, de nous retrouver...

    Ces derniers mois ont été un grand bouleversement.

    Nous voici donc en attente de notre bébé pupille, deux ans max. Eh oui encore de l'attente mais celle-ci se fait dans la sérénité, enfin !

    La PMA est maintenant loin derrière nous. Ce fut un douloureux mais nécessaire parcours.

    On s'est rendu compte récemment que ce qu'on a toujours voulu c'est notre petit chocolat. La PMA, c'était l'occasion de vivre une grossesse, pas nécessairement d'avoir un enfant bio.Ce sont les échecs qui nous rendaient malheureux et qui nous donnaient envie de continuer, pas forcément l'envie d'avoir un mini nous.

    Un jour, j’ai repensé à notre parcours. Mes amis ne m’ont jamais vu pleurer lors des échecs de pma, jamais. Les deux seules fois où on m’a vu pleurer c’était lié à l’adoption, quand j’avais l’impression que mon petit chocolat ne serait jamais là...

    J’ai souvent parlé du destin. Je crois que mon destin, je l’ai toujours su. Mon utérus en est la preuve s’il a « tué » tous ces embryons ce n’était pas pour rien...

    En PMA, il est nécessaire d’écouter sa petite voix :

    -          soit elle vous dit « oui continue, bats-toi, tu vas y arriver ! » Je pense à toutes celles qui ont continué à se battre et qui tiennent enfin leur(s) petit(s) dans leur bras ou qui le feront dans quelques mois (tendres pensées au passage)

    -          soit elle vous dit  « sttttoooooopppppppp !!!!!!! Arrête !!!!! C’est bon là, j'en peux plus ! Faut passer à autre chose !!! »

     

    Moi je l’ai écouté sans l’écouter. Je sentais que mon destin était ailleurs mais j’avais besoin de vivre tout ça. Je ne regrette rien. On ne regrette rien. C’est ce parcours qui fera de nous de meilleurs parents. C’est lui qui nous donnera la force de ne pas craquer le jour où on vivra des moments difficiles avec notre enfant. C’est lui qui nous donnera la force de sourire quand on aura des questions gênantes ou des critiques sur notre famille multicolore. C’est lui qui nous fera apprécier chaque jour la chance que nous avons de tenir notre enfant dans nos bras. C’est lui qui nous a montré la solidité de notre couple, notre complémentarité, notre symbiose...

     

    Oui je vais être maman, oui tu vas être papa, oui on sera tes parents...


    4 commentaires
  •  

    Depuis que je suis petite tu m'as fait vivre un enfer.

    Mon surpoids m'a valu des moqueries, des jetées de cailloux, des dépréciations... mais c’est ce qui m’a rendu empathique et qui m’aide à redonner le sourire à mes élèves quand ils vont mal.

    Mon problème de santé, mon opération m’a valu trois ans d’enfer mais c’est ce qui m’a rendu forte et persévérante.

    Mon mal être m’a valu un isolement et un rejet des autres mais c’est lui qui me fait apprécier les amis que j’ai aujourd’hui.

    La PMA m’a détruite, dévalorisée. Le parcours d’adoption m’a créé de fausses joies, de fausses espérances mais aujourd’hui je me dis que tout ce que j’ai vécu, tout ce que je vis, tout ce qu’on vit est nécessaire.

    Oui, tu nous fais vivre tout ça parce que tu sais que cela nous aidera à être les parents de l’enfant que tu nous as destiné.

    Même si là on est très en colère contre toi, même si on est à bout, même si on s’écroule, je sais que le jour où on prendra pour la première fois notre enfant dans nos bras, on se dira : «  oui, c’est toi, tu es notre destinée... »

    Mon destin, notre destin, son destin, nos destins...

     

     


    3 commentaires
  •  

    Quand vous êtes en PMA, vous vous arrêtez de vivre normalement.

    La faute à qui ? A votre cerveau !

    Si si

    Car votre cerveau ne pense que PMA :

    - Une apéro-partie ? Non on ne sait jamais ça se trouve je suis enceinte.

    - Un bon bain bien chaud ? Non c'est déconseillé dans le début de la grossesse, on ne sait jamais !

    - Une inscription annuelle à la salle de sport ? Ah non quand je serai enceinte je ne pourrai plus y aller, je paierai pour rien.

    - Un voyage ? Oh la la, il faut que je calcule, il ne faudrait pas que ça ne tombe en pleine fiv !

    - Un câlin ? Ah  non, il y a le délai d'abstinence d'avant fiv ou ah oui j'ovule !

    - de grosses douleurs : le petit fait son nid !

    On devient de vrais esclaves. Moi je passai mon temps sur les forums, les blogs de copinautes, sur les forums de voyance. Une vraie drogue !!!

    Et puis un jour l’aventure PMA se termine, mal bien sûr... On perd tous ses repères, on se sent vide, apathique Un gros chamboulement !

    On passe par des phases :

    -          de colères ( Pourquoi moi ? Pourquoi les filles que j’ai soutenues m’ont abandonnée depuis qu’elles ont leur enfant ?),

    -          de jalousies ( pourquoi elle et pas moi ?),

    -          de résignation ( c’est comme ça...),

    -          de dévalorisation ( Je suis une grosse nulle en tout ! Bon ok ça, je le ressentais bien avant la pma !),

    -          de tristesse ( bouhouhouhouhou !!!!!)

    -           d’espoir (! J’ai des douleurs de règles 6 jours après l’ovulation, chouette un miracle !!!)

    -          de déception (Satanées règles !!!!)

    Il y a parfois des moments où vous avez l’impression que vous avez tourné la page mais une annonce de grossesse, des gros ventres, des bébés vous prouvent le contraire.

    En gros ce sont les montagnes russes !

    Et puis un jour, vous vous dites que vous avez tout fait, en vain certes mais pas de regrets. Vous vous mettez un coup de pied aux fesses :

    -          Vous faites des apéros parties même si vous avez fait des câlins autour de l’ovulation.

    -          Vous vous dites que ces douleurs c’est votre grossesse d’adoption.

    -          Vous réalisez que vous n’êtes pas nulle partout.

    -          Vous acceptez que les gens peuvent être proches de vous parce qu’ils ont besoin de votre soutien et qu’ils s’éloignent petit à petit parce qu’ils n’en ont plus besoin.

    -          Vous regardez les documentaires/émissions sur les accouchements sans (trop) vous dire : jamais pour moi ou bientôt pour moi.

    -          Et surtout vous vous inscrivez à la salle de sport et prenez un abonnement annuel !

    Oh je ne me fais pas d’illusion ! Je ne suis pas totalement guérie. Il y a un côté de moi qui espèrera toujours jusqu’à ce que la ménopause s’installe.

     

     


    6 commentaires
  • Lorsqu'on est une petite fille, on rêve d'un grand mariage avec le prince charmant et plein de bambins.

    Enfin, losqu'on est une petite fille normale. Cela n'a jamais été mon cas.

    Non, petite fille, je ne voulais pas de prince charmant ( je voulais être libre et indépendante) et je ne voulais pas d'enfants, enfin des enfants bio.

    Je me voyais avec trois petis bouts chocolats et j'ai toujours dit à mes parents que j'adopterai.

    Pourquoi pas d'enfants bio ? Ce qui me génait c'était surtout la grossesse.

    Pourquoi ?

    Une des explications dont je me souviens est ma peur de mourir... Dans les séries, on voyait des femmes qui accouchaient et qui en mouraient... Et moi je ne voulais pas mourir. alors pas de grossesse, pas de mort ! Et puis au moins, en adoptant, je ne transmettrai pas les casseroles familiales et c'était pas plus mal !

    Je suis devenue une femme libre et indépendante. Et puis un jour, j'ai rencontré le prince charmant. Lorsque le prince charmant m'a dit qu'il ne pourrait pas avoir d'enfant, je lui est dit: " pas de problème, on peut adopter !" et ça tombait bien car le prince charmant voulait aussi adopter !

    Les mois ont passé, le prince est devenu un mari et, entre temps, l'envie de grossesse a grandi, les angoisses liées à la grossesse étaient toujours là, associées à de nouvelles: faire tomber le bébé, l'oublier dans la voiture, être incapable de m'en occuper. Des excuses, toujours des excuses...

    Mais une envie de plus en plus forte...

    La médecine est intervenue, les essais, les échecs. Mon corps refusait la grossesse et je m'en voulais terriblement... Toutes ces années à ne pas vouloir de grossesse... J'étais punie, tout simplement...

    Les médecins me répétaient qu'il n'y avait aucune raison pour que cela ne marche pas... Je ressentais le contraire.

    Oui j'ai toujours ressenti que mon corps rejetait tous ces petits bouts de nous. Je n'en voulais pas alors je n'en aurais pas. Et je m'en voulais tellement...

    Un jour, nous avons appris que oui, mon corps rejettait physiologiquement tous ces petits bouts de nous. Il m'a fallu des mois pour le digérer...

    Ces derniers temps je me suis mise à cogiter: et si j'avais toujours su ?

    Et si, depuis que je suis gamine, je savais que je ne pouvais pas avoir d'enfants et que toutes ces angoisses n'étaient que des "explications" que je me suis fabriquées pour me "rassurer" ?

    Lorsque je pensais enfant bio, je me voyais en tant que mère pitoyable incapable de m'en occuper alors que c'était le contraire avec mes petits bouts chocolats. Pour eux, je me suis toujours projetée comme une maman attentive et aimante. A aucun moment, je me suis dit que je serais incapable de m'en occuper.

    Donc oui, j'ai toujours su... Mais que c'est dur...

     


    3 commentaires
  • Connaissez-vous le siège de fécondité ?

    Clic

     

    Il est situé dans la grotte de l'Ermitage à Saint-Emilion en Gironde.

    Il est connu pour permettre aux femmes qui s'assoient dessus de tomber enceinte dans l'année.

    Légende ? Pas tant que ça...

    J'y suis allée 3 fois.

    Deux fois avec des amies de PMA.

    La première est maman d'un beau petit garçon. Il me semble qu'elle est tombée enceinte peu de temps après.

    Pour la deuxième, nous y sommes allées en juillet dernier. Nous nous sommes même assises toutes les deux en même temps sur le siège et ... elle attend des jumeaux !!! Si si !!!

    Deux amies emmenées, les deux enceintes ... Monoï va falloir qu’on y aille ! Et là si ça marche aussi, je sens que je vais me lancer dans les affaires ;-)

    Vous voyez qu’il est efficace ! Bon ok pas pour moi ! Peut-être que mon destin est ailleurs...


    6 commentaires
  • Au jourd'hui j'ai envie de vous faire partager une chanson de la Grande Sophie.
    Elle aussi a essayé mais n'a pas réussi...
    C'est exactement ce que je ressens depuis quelques jours. Mon coeur pense bien sûr toujours à notre futur petit bout chocolat  mais il pense aussi à l'autre...
     
     
    Tu ne viendras peut-être jamais
    Mais je dirai que je t'attends toujours
    Tu sais si je comptais les années
    Les montagnes russes à s'envoler autour
    D'un désir aujourd'hui périmé
    La date limite est dépassée à court
    J'ai le cœur qui devient un jardin
    Où les fleurs n'ont plus de parfum
    Où les regards se fanent

    Dans une autre vie
    Une autrefois
    Un autre monde
    Un autre endroit
    Une autre chance

    Tu ne viendras peut-être jamais
    Mais je dirai que je t'attends encore
    Tout ce qu'il nous reste désormais
    Chansons et mouchoirs en papier le sort
    Le destin ou la fatalité
    Que reste-t-il à déguster d'un corps
    Qui apprendra à se relever
    Quand la joie sera le collier
    De sa guitare

    Dans une autre vie
    Une autrefois
    Un autre monde
    Un autre endroit
    Une autre chance

    Dans une autre vie
    Une autrefois
    Un autre monde
    Un autre endroit
    Une autre chance
    Un jour

    Tu ne viendras peut-être jamais
    Mais je dirai que je t'attends toujours
    Tu ne viendras peut-être jamais
    Mais je dirai que je t'attends encore
    Tu ne viendras peut-être jamais
    Mais je dirai que je t'attends c'est sûr
    Les bras se relèvent à mes côtés
    La blessure n'est pas surannée
    Reste l'espoir

    Dans une autre vie
    Une autrefois
    Un autre monde
    Un autre endroit
    Une autre chance

    Dans une autre vie
    Une autrefois
    Un autre monde
    Un autre endroit
    Une autre chance
    Un jour

    3 commentaires
  • Vendredi soir a eu lieu ma kermesse.

    Comme tous les ans, ce fut un moment magique. Mes élèves se sont donnés à fond et on ressentait leur plaisir d'être sur scène.

    Pour une fois, j'ai pu observer les parents qui regardaient avec émotion leurs bambins et pour une fois je les ai enviés.

    Un jour, nous serons à leur place. Nous regarderons notre petit bout faire son spectacle, nous l'encouragerons au chamboule tout, à la course en sac... Nous le féliciterons lorsqu'il aura réussi, nous le consolerons lorsqu'il aura perdu...

    Un jour, nous aussi nous nous plaindrons car il faudra l'emmener aux entrainements, au cours de musique, chez les copains ou parce qu'il nous épuisera !

    Un jour...


    5 commentaires
  • Je viens de voir qu'un site à été créé. C'est ici !


    4 commentaires
  • Hier soir en rentrant chez moi, j'ai trouvé une lettre dans ma boite aux lettres. Je regarde l'expéditeur, c'était AurélieMM.

    Mais pourquoi une carte ?

    Aurélie attend un heureux évènement (après un long et difficile parcours) , mais non c'est trop tôt pour un faire part de naissance et puis quand même elle me l'aurait dit !!!

    J'ouvre la lettre, découvre une carte et un bracelet Fita Senhoe do Bonfim venu tout droit du Brésil.

    Une bien belle surprise !

    Sur cette carte, il y a écrit : "Juste un petit mot d'encouragement dans cette attente interminable... Je t'envoie un bracelet brésilien porte bonheur...je l'ai commandé au Brésil, en espérant qu'il te porte bonheur autant qu'à moi."

    Cela m'a énormément émue... Merci... INFINIMENT MERCI...

     


    2 commentaires
  • Nous sommes le samedi 27 octobre 2012. Nous sommes en route pour le Nord-Est de la France. 6h de route. Personne n’est au courant que nous sommes convoqués par un OAA. C’est la première fois qu’on ne dit rien. Et si ça ne marchait pas ...

    L’envie d’adopter date de mon enfance.

    Lorsque j’étais petite, je ne voulais pas me marier (les hommes ne sont pas gentils) et je ne voulais pas de grossesse (on peut mourir en accouchant). Mais adopter, oui ça je l’ai toujours voulu. Je me voyais avec mes petits chocolats (ah oui ils viendront d’Afrique).

    Lorsque j’ai rencontré mon mari, j’ai été super heureuse lorsqu’il m’a dit qu’il voulait adopter un petit chocolat.

    Et puis un jour, l’envie de grossesse est venue et le long et difficile parcours aussi. L’adoption a été mise de côté.

    A mi-parcours l’adoption a refait surface. Et là, elle est présente plus que jamais.

    Dans la voiture, les larmes n’arrêtent pas de monter, je suis submergée par l’émotion.  

    Si seulement... Si seulement pour une fois la chance était avec nous !

    Nous voici arrivés. Nous décidons d’aller voir où se situe l’OAA avant d’aller en chambre d’hôte . Vu que c’est en pleine campagne vaut mieux être sûr de savoir où c’est, ça serait dommage d’arriver en retard ! On a bien fait car cela n’a pas été si facile que ça.

    En arrivant à l’OAA, nous voyons des gens en train de remplir un container. Nous apprendrons plus tard qu’il était à destination du Bénin.

    J’enregistre la position dans mon téléphone et nous nous mettons en route pour la chambre d’hôte. 10 minutes ! Nickel.

    En arrivant nous voyons un couple, j’ai tout de suite pensé qu’ils étaient là pour la même raison. On s’installe, se repose et on va dans un petit resto conseillé par notre hôte. Très sympa ! Tiens le même couple !

    Après un bon repas, un dodo bien mérité. Vivement demain !!!


    votre commentaire
  • Accusé de réception reçu ! Ouf ! Et maintenant ? Ben il faut attendre une éventuelle réponse... qui ne tarde pas à venir.

    « Vous êtes conviés à une réunion qui aura lieu le dimanche 28 octobre à 9h 30 au siège de l’association. »

    Oh punaise !!!! Oh punaise !!! On est convoqués !!! Oh punaise !!!

    Vous ne pouvez pas vous imaginer le bonheur que nous avons ressenti. ENFIN !!! Oui on sait rien n’est gagné mais c’est déjà une grande avancée !!!

    Me voilà sur le net à chercher une chambre d’hôte, c’est à 6 heures de route, il vaut mieux arriver la veille !

    Oh lala vivement le 28 !!!


    1 commentaire
  • Je n'espérais rien de 2012 et finalement ce fut l'année des révélations !

    Les - :

    - des amis nous ont déçu et ne sont plus des amis;

    - j'ai découvert qu'une copine n'avait aucune moralité, était égocentrique et qu'elle était prête à tout pour arriver à sa fin... même à obliger ses soit disant amies à mentir pour la couvrir ça je ne peux le tolérer et vient de mettre fin à notre relation;

    - nous avons le chic pour tomber sur des artisans malhonnêtes !

    Les +:

    - on a enfin trouvé pourquoi nous avons essuyé tous ces échecs en fiv;

    - j'ai découvert ce qu'était la vraie amitié: merci à vous d'être là dans les mauvais et dans les bons moments !

    - on a fait de belles rencontres amicales notamment avec notre championne du karaoké et son champion du bricolage de mari !

    Mais fin 2012,  le destin a frappé à notre porte : la suite au prochain épisode ;-)

    Je vous souhaite à tous/toutes  mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année !!!


    9 commentaires
  • En ce moment les bonnes nouvelles s'accumulent pour les ami(e)s.

    Dans quelques mois certaines seront enfin mamans après tant d'années de galère (et même une au dernier transfert de sa dernière fiv !!!), je suis vraiment heureuse car elles se sont battues corps et âmes pour enfin arriver à atteindre ce bonheur.

    Monoi, je pense fort à toi et espère que cette vague de + t'emporte avec elle. Et j'espère qu'elle ira jusqu'à toi Christelle !

    Et puis un de mes amis a rencontré le big love !!! Trop contente !!!

     


    2 commentaires
  • Ce soir le moral n'est pas au beau fixe, eh oui encore une fois.

    5 ans et 7 mois que nous attendons.

    On fait notre maximum pour avoir enfin le bonheur tant attendu et rien, toujours rien.

    Côté PMA, le prochaine tentative sera la dernière. Après ce sera fini, il faudra entamer le deuil. Oui je sais ce que vous vous dites: on le mérite tellement !!! Mais Malheureusement grossesse et mérite ne vont pas de paire...

    Côté adoption, c'est le calme plat et l'avenir n'est pas très bon. Peu d'abandons dans mon département et à l'étranger c'est complètement fermé. On n'arrête pas de me dire qu'il faut être patient, facile à dire quand on est parents ou futurs parents ! Comment être patient alors qu'on est pas certains que cela aboutisse ?

    Que ceux qui y arrivent me donnent leur secret !!!


    7 commentaires
  • Hier j'ai reçu les résultats de ma biopsie. La cortisone est efficace voire trop ! Je n'avais pratiquement plus de cellules immunitaires !

    Du coup la tentative se fera sûrement à moitié dose.

    Je ne suis pas euphorique car je sais bien que cela n'est pas un signe de réussite mais ça fait du bien !!!


    7 commentaires
  • 3 semaines de traitement ( 20 mg de cortisone, antibiotique et 800mg par jour de progestérone)  et ouf c'est fini.

    Pourquoi un régime sans sucre sans sel ? A cause de la cortisone.

    Le sel associé à la cortisone fait de la rétention d'eau  ( on gonfle énormément).

    Le sucre blanc peut déclencher un diabète cortico-induit.

    Donc pendant toute la prise de cortisone, il ne faut pas manger salé ( et c'est une vraie galère car il y a du sel partout, j'ai même dû changer mon eau minérale !!!) ni sucré.

    Ma biopsie a eu lieu mardi donc j'ai arrêté le traitement ce jour là et je peux enfin remanger !!!

    Résultat de la biopsie en septembre !


    2 commentaires
  • ça y est j1 est arrivé samedi donc j'ai commencé la cortisone et le régime.

    Monoi je croise les doigts pour toi !!! ;-)


    6 commentaires
  • Encore un aller-retour sur la capitale. J'avais la sensation que ça faisait des lustres que je n'y avais pas remis les pieds pourtant le dernier rdv date du 28 mars, pas si loin que ça !!!

    Pour une fois, le doc avait du retard.

    Nous avons appris plein de chose:

    - cela ne fait que 6 mois qu'il fait faire des biopsies. Il se trouve qu'ils savent depuis 25 ans que les cellules NK peuvent induire des échecs dans la nidation ainsi que des fausses couches mais aucun labo n'avait jusqu'à maintenant quantifié ces cellules. Maintenant c'est chose faite !

    - Le traitement peut ne pas assurer une réussite. Il n'y a pour l'instant pas assez de recul donc il ne faut pas s'emballer ! Et tout n'est pas encore gagné !

    - Mon homme va de nouveau faire un exam au niveau du sperme. Selon les résultats, il aura un traitement en plus ( le pauvre comme s'il n'en avait pas assez !!!)

    - La dérogation pour la fiv 5 n'est pas gagnée. "On peut toujours demander" dixit le doc . Mouaip ....

    Nous avons pris la décision de faire un essai à blanc, c'est -à-dire prendre le traitement et faire une nouvelle biopsie. Cela permettra d'ajuster le ttt pour la dernière tentative.

    Donc au cycle prochain, à J1, je dois prendre de la cortisone et du toco 500. Qui dit cortisone dit régime sans sel mais aussi régime sans sucre !!! Eh oui !!!

    Donc va falloir bientôt attaquer le régime, ça va être très très dur, surtout le sans sucre !!!

    Bon en même temps ça me fera perdre quelques kilos et cela n'est pas plus mal.

    Le problème est que dès qu'on me dit le mot régime j'ai encore plus faim !!!!

    Mais bon quand je pense à une de mes amies qui doit suivre un régime strict suite à un diabète ( diabète gestationnel devenu diabète tout court) je me dis que je peux faire l'effort sur quelques mois !

     


    6 commentaires
  • Avant d'attaquer ma fiv 3, j'ai dit à mon ex gynéco que je voulais qu'on me fasse des examens plus pousser.

    Elle a donc proposé qu'on regarde par pds si je n'aurais pas de soucis de coagulation ou une maladie auto-immune.

    Bon, pour moi cela n'a rien donné car mon souci est localisé uniquement dans l'utérus mais je me dis que si cette pds faisait partie du bilan pré fiv, cela permettrait à certaines de découvrir leurs éventuels problèmes de nidation, de coagulation ou autre avant d'arriver à la dernière tentative.

    Donc voivi ce que j'ai eu:

    - mutation facteur II
    - mutation facteur V Leiden
    - anticoagulant circulant lupique
    - antithrombine
    - Protéine C
    - Protéine S
    - anticorps antiphospholipide
    - anticorps anti béta 2 GP1
    - anticorps cardiolipine de classe IgG

    Et mon dernier exam: biopsie de l'endomètre avec dosage des cellules NK et interleukines


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires